César Franck
César Franck © Cinzia Rota

Franck : un enseignement de haut vol

4 minutes de lecture

(2/3). Le bicentenaire de la naissance de César Franck est une magnifique occasion de découvrir et de mieux approfondir les traits de la personnalité étonnante du musicien. Derrière l’artiste, découvrons l’enseignant.

Franck enseigna toute sa vie et dans de multiples lieux (Collège Vaugirard, pensionnats..) y compris à son domicile du Boulevard Saint-Michel, sorte de « succursale » du Conservatoire. Dans ce temple de la musique, taxé de manque de rigueur dans son enseignement de l’orgue, il cherchait davantage, selon d’Indy, à « donner le pas du raisonnement sur l’instinct, du rationalisme sur l’empirisme ».

S’il avait comme credo l’épanouissement des personnalités, il savait mettre en garde ses élèves à ne pas tomber dans le piège de l’imitation : « Il ne substituait jamais sa propre manière de penser à celle de ses élèves. Après leur avoir ouvert la voie, il les laissait entièrement libres » affirma Augusta Holmès.

Vincent d’Indy et les fondateurs de la Schola Cantorum
Vincent d’Indy et les fondateurs de la Schola Cantorum

Alors, Franck, maître-éducateur ? Certes, Vincent d’Indy le proclamera : « Il savait, sans même le chercher, trouver le cœur de ses disciples et se l’attacher à jamais (…) Tout dans l’enseignement de Franck procédait d’un sentiment plus puissant que toutes les règles : l’Amour. »

Tout dans l’enseignement de Franck procédait d’un sentiment plus puissant que toutes les règles : l’Amour.

On soulignait également le côté libéral, anachronique, presque moderne de son enseignement, malheureusement décrié par quelques collègues du Conservatoire, ciblant les orientations esthétiques du compositeur : « Franck n’était pas des leurs. Ils le lui firent sentir… » (Vincent d’Indy).

Franck en 1890
Franck en 1890

Son esthétique, ses goûts et ses aspirations pour la musique pure heurtaient de plein fouet le formalisme et l’art plus académique de ses collègues, souvent plus tournés vers l’opéra. Jules Massenet jalousait secrètement son aîné et craignait de perdre une partie de ses élèves. Sa crainte était justifiée : Franck empiétait sur la classe de composition, mais sans le montrer ouvertement ! Ne soyons pas étonnés que sa classe ait pu devenir un véritable « centre […] d’études de composition » (d’Indy), mais en s’attirant les foudres de Saint-Saëns :

« Professeur funeste, il ne faisait à ses élèves que des compliments, il remplaçait l’enseignement par des éloges, pour des admirateurs, des disciples dévoués corps et âme ; ce à quoi il a réussi merveilleusement. » 

 

Présentation du dossier César Franck

Retrouvez le dossier sur Classicagenda :

(1/3) Franck, un romantique ?

(3/3) Une oeuvre aux multiples facettes

 

Franck, entre raison et passion, un ouvrage de Franck Besingrand
Franck, entre raison et passion, un ouvrage de Franck Besingrand

 

Franck Besingrand est organiste, compositeur et musicologue. Il a publié plusieurs biographies de compositeurs français et collabore à des revues musicales tant françaises qu’internationales. Pour Classicagenda, il a réalisé les portraits musicaux de Vierne, Duparc, Tournemire, Franck, et un hommage à Jean Gallois.

Derniers articles de A la loupe