Martha Argerich à Chantilly
Martha Angerich au Château de Chantilly © Festival Coups de Coeur de Martha Argerich

Coups de Cœur de Martha Argerich à Chantilly : trois générations de musiciens d’excellence

10 minutes de lecture

Nous avons assisté au festival Les Coups de Cœur de Martha Argerich à Chantilly le 2 octobre : au concert des deux jeunes talents du piano, Arielle Beck et David Chen, et à celui de clôture donné par Martha Argerich et ses proches.

 

Henri d’Orléans, duc d’Aumale, fils du dernier roi des Français, Louis Philippe, est le plus grand collectionneur de tous les temps. Il a fait du Château de Chantilly l’écrin de ses innombrables chefs-d’œuvre et manuscrits précieux. C’est dans ce magnifique patrimoine qu’a eu lieu la 2ème édition des Coups de Cœur à Chantilly.

Les premiers jours d’automne s’annoncent ici sous le signe d’une grande convivialité musicale. Alors que la première édition, qui a fêté les 80 ans de la légendaire Martha Argerich, s’est tenue quasiment à huit clos, laissant le grand public frustré (malgré la diffusion par des médias telles que France Musique, Mezzo TV, Medici TV), l’édition 2022 a accueilli une large assistance dans les somptueuses Grandes Écuries. Chef-d’œuvre architectural du XVIIIème siècle construit par l’architecte Jean Aubert pour Louis-Henri de Bourbon, 7ème prince de Condé. Cette véritable écurie de spectacle destinée d’habitude à des arts équestres a fait résonner quelques belles notes musicales produites par des artistes de renommée internationale. Autour d’une carte blanche musicale, Martha Argerich a réuni ses proches. Stephen Kovacevich, Mischa Maisky, Renaud Capuçon, Tedi Papavrami, Geza Hosszu Legocky, Annie Dutoit, Lyda Chen, Akiko Ebi, David Chen, Arielle Beck et Iddo Bar-Shaï, directeur artistique, formaient une tribu musicale d’élites.

Château de Chantilly
Château de Chantilly © Marine Park

« Le festival est né d’après la suggestion du Prince Amyn Aga Khan, très engagé dans les projets du Château de Chantilly avec sa Fondation Khan, nous explique Iddo Bar-Shai, directeur artistique de l’évènement. Grand mélomane, le Prince pratique le piano et le chant. Je l’ai rencontré lors de la remise du Prix Vendôme en 2000, et notre amitié commencée il y a 22 ans nous a mené à la naissance du festival Coups de Cœur à Chantilly. Il était persuadé du potentiel énorme du château pour la musique, et quant à moi j’ai été envouté par l’architecture des Grandes Ecuries et ai imaginé comment la musique y résonnerait. Nous avons réfléchi ensemble et avons opté pour un modèle de week-end musical ».

Quant à la programmation du festival, « il s’agit d’une carte blanche ouverte à nos grands artistes. Martha et ses amis musiciens témoignent d’une collaboration musicale et amicale depuis de longues années à travers la musique de chambre, poursuit le directeur artistique. Je connais Martha depuis 20 ans et grâce à notre amitié, elle accepte de jouer. Sa générosité envers les musiciens émergeants et sa curiosité concernant le répertoire de musique de chambre sont les deux éléments de motivation ».

Les galeries de peintures sont conçues par le duc d’Aumale comme écrin de ses collections exceptionnelles. Le concert des jeunes talents s’est tenu dans une des galeries. Son acoustique et ses tableaux décorant les murs suscitent l’attention du public, une attention aussi bien auditive que visuelle.

Pianiste de 13 ans, Arielle Beck a soigneusement conçu son programme avec diverses pièces qui ont fait preuve de toutes ses capacités pianistiques. Dans la 1ère Ballade de Chopin, son rubato est très mature et libre. La jeune pianiste réfléchit et organise son jeu pour respecter différents plans sonores de la partition de Chopin. Sa propre composition Mazurka pour Martha est un bel hommage à la marraine de l’événement et sa manière de la jouer se superpose à celle de la jeune Martha en train de jouer une mazurka de Chopin en 1965. Une barque sur l’Océan, extrait de Miroirs de Ravel était une belle cascade harmonique sous ses mains fluides. Elle clôt son programme solo par une autre pièce de sa propre composition. D’une sentimentalité régulière – Invention extravertie, exigeant une énergie palpitante, est digne d’une étude de Ligeti. Ce génie doté de talents pianistique et compositionnel à la fois est à suivre absolument !

David Chen, l’autre grand jeune talent, a présenté un programme autour de Chopin (Berceuse en ré bémol majeur op.57, Etude en do majeur op.10 n.1, Fantaisie-Impromptu en do dièse mineur op.66) et de Rachmaninoff (Barcarolle en sol mineur op.10 n.3). Dans son jeu de Chopin, on reconnaît la souplesse digitale qui semble une marque de fabrique familiale. Le jeune pianiste a la dextérité de sa grand-mère Martha Argerich. Sa respiration est naturelle et la musique coule de source grâce à ses mains dansantes. Quelques erreurs digitales sont survenues dues à un trou de mémoire certainement, mais le jeune David les répare habilement avec son sens inné de l’improvisation, tout en gardant le contrôle des dynamiques pour la précision et le contraste.

Galerie au château de Chantilly
Une galerie de peintures au château de Chantilly © Marine Park

Le Dôme des Grandes Écuries accueille le concert final du festival. Martha Argerich et Iddo Bar-Shaï ont inauguré la soirée. L’œuvre de Bach Gottes Zeit ist die allerbeste Zeit, BWV 106 : 2A arrangée par György Kurtág pour 4 mains sonne comme un prélude dans le dôme et prépare la suite des prestations avec une belle brochette de musiciens de renom.

L’archet virevoltant du jeune Edgar Moreau est soutenu par le clavier attentif de Théodosia Ntokou dans la Suite italienne pour violoncelle et piano de Stravinsky. Iddo Bar-Shaï, très à l’écoute de Renaud Capuçon, est chambriste hors-pair dans la Sonate de Brahms pour violon et piano n.2 op.100.

La disposition des trois musiciens, en tête à tête et formant un cercle, attire l’attention du public. Ainsi ils sont mieux connectés les uns aux autres. Tedi Papavrami mène la direction du trio. Lyda Chen et Edgar Moreau lui font entière confiance dans l’œuvre du jeune Beethoven Trio à cordes op.9 n.3. Le jeu soigné et raffiné des trois musiciens exprime la caractéristique « classique » de l’œuvre.

Le point culminant de la soirée est le Quatuor pour piano et cordes n.3 WoO 36 de Beethoven. Dans les deux mouvements Allegro vivace / Rondo : Allegro Martha parcourt le clavier, rappelant son caractère haydnien, et dans le mouvement Adagio con espressione d’une beauté mozartienne, son jeu est d’une délicatesse à fleur de peau. Renaud Capuçon, Lyda Chen et Edgar Moreau soutiennent la pianiste tels les musiciens d’orchestre qui accompagnent la soliste, ce qui est pertinent car il s’agit en fait d’un concerto pour piano déguisé en quatuor. En quelque sorte comme les deux quatuors avec piano de Mozart.

Le prochain festival ? Iddo Bar-Shaï nous a confiés qu’il conserverait cette formule de week-end. « La prochaine édition se déroulera au printemps 2023 avec Maria João Pires en tête d’affiche, avec une programmation de récital, musique de chambre, et opéra baroque italien, dans l’atmosphère magique de l’endroit ».

 

Période du festival : du 30 septembre au 2 octobre 2022

Site du festival

Passionnée de musique depuis son plus jeune âge et pianiste accompagnatrice, Marine partage ses émotions au travers de ses chroniques. Elle collabore en tant que rédactrice avec différents médias français et coréens spécialisés dans la musique classique. Diplômée du cursus professionnel « Administrateur / Producteur Projets Musicaux » à l’Université Paris X, Marine est conseillère artistique et développe divers projets artistiques.

Derniers articles de Chronique