Coline Jaget au bord de la mer
Coline Jaget © Victor Toussaint

Les notes bleues de Coline Jaget

3 minutes de lecture

Une plage, la nuit. Les vagues bleu foncé s’écrasent lentement contre les rochers et les falaises.

Un regard se jette vers la mer lointaine, en silence la femme regarde la nature autour d’elle. Avec une main, elle caresse des épis de blé, doucement, comme pour les remercier de leur présence.
Un phare, un voilier et une harpe, signalent la présence humaine au milieu de ce paysage immense et éternel, sans le perturber, presque avec déférence.
La musique de Jean Cras est légère et douce, tout comme le toucher des mains de la femme, caressant les cordes d’une harpe.

Des falaises
Coline Jaget © Victor Toussaint

Puis le rythme se fait plus intense et ses doigts commencent à pincer plus vigoureusement.
Une bouteille en plastique est poussée vers la rive par une ondulation de la mer, puis d’autres déchets viennent perturber ce cadre idyllique et la harpe elle-même, dont les cordes paraissent se liquéfier…

C’est ainsi que commence la vidéo de la harpiste Coline Jaget, qui, sur les notes de Deux impromptus de Jean Cras, fait passer, avec grande élégance, un message écologique.
En montrant des morceaux de plastique flotter sur les grains de sable ou onduler sur des branches d’arbre, elle dénonce non seulement leur incongruité perturbant ce beau paysage, mais évoque également les conséquences néfastes sur la faune maritime de la négligence et de l’arrogance humaine.

Portrait de Coline Jaget
Coline Jaget © Miguel Bueno

Avec son projet « Les notes bleues », Coline Jaget souhaite se servir de la musique mêlée à d’autres formes d’arts (photo, danse, vidéo, peinture…) pour rendre hommage à la nature et rappeler l’ampleur de la pollution plastique dans les mers et océans.
Après cette première vidéo tournée en Bretagne, à Plouzané – près de Brest, ville natale de Jean Cras, compositeur et marin – suivront d’autres, inspirées du Rossignol de Franz Liszt et de la Châtelaine en sa Tour, de Gabriel Fauré.

Lauréate de la Fondation Banque Populaire, la jeune harpiste sera soutenue dans le prolongement de ces projets et pour l’enregistrement de son premier CD pour harpe seule et harpe et quatuor à cordes sur le thème du Fantastique.

 

 

Pour en savoir plus: le site officiel de Coline Jaget.

 

 

Article réalisé dans le cadre d’un partenariat avec la Fondation Banque Populaire.

Parallèlement à sa formation en chant lyrique, Cinzia Rota fréquente l'Académie des Beaux-Arts puis se spécialise en communication du patrimoine culturel à l'École polytechnique de Milan. En 2014 elle fonde Classicagenda, afin de promouvoir la musique classique et l'ouvrir à de nouveaux publics. Elle est membre de la Presse Musicale Internationale.

Derniers articles de Actualités

%d blogueurs aiment cette page :