Upload de Michel van der Aa, Dutch National Opera
Upload de Michel van der Aa, Dutch National Opera © Marco Borggreve

Upload de Michel van der Aa : quand la science-fiction fait son entrée à l’opéra

7 minutes de lecture

L’Opéra National des Pays Bas présente la création néerlandaise de Upload de Michel van der Aa, avec Roderick Williams, Julia Bullock et l’Ensemble MusikFabrik dirigé par Otto Tausk.

 » Vous faites un dernier voyage dans votre corps biologique et ensuite… vous vivez pour toujours.
Vous devez juste mourir avant. » – Upload, Michel van der Aa

 

Dans une scène de Blanc comme neige, un épisode de Black Mirror — célèbre série de science fiction dystopique — une femme transfère une copie de son esprit dans un avatar virtuel qui deviendra son assistant personnalisé.

Au premier abord cette technologie apparaît pragmatique et inoffensive, jusqu’à ce que le spectateur découvre que l’alter ego numérique de la femme n’est pas juste un programme informatique, mais un « être » tout à fait conscient et sensible, se retrouvant coincé dans une réalité virtuelle, pour l’éternité.

Upload de Michel van der Aa, Dutch National Opera
Upload de Michel van der Aa, Dutch National Opera © Marco Borggreve

C’est sur le thème du téléchargement de l’esprit (« Mind uploading » en anglais), exploré pour la première fois en 1956 par le visionnaire Arthur C. Clarke (la plume derrière 2001 Odyssée dans l’espace) dans son roman La Cité et les Astres, que se fonde l’opéra de Michel van der Aa.

Upload raconte l’histoire d’un homme qui, déprimé suite à la perte de sa femme, décide de se libérer de son corps et de devenir un être virtuel. Brutalement mise devant le fait accompli, sa fille doit à la fois élaborer la mort physique de son père et se confronter à son avatar virtuel.
De plus, pendant qu’elle découvre les raisons derrière le choix irréversible de son père, elle est également accablée par la responsabilité légale de son existence.

Dans un savant mélange de musique vivante et enregistrée, vidéos et projections, van der Aa, ici compositeur, librettiste et metteur en scène, nous emmène dans un récit fantascientifique, questionnant les notions d’existence et individualité.

Upload de Michel van der Aa, Dutch National Opera © Marco Borggreve

Entre flashbacks et flashforwards, conversations en chair et en os et vidéoconférences, monologues intérieurs et investor pitchs, l’intrigue avance avec grande fluidité en tenant le spectateur en haleine.
Contrairement à beaucoup de films et séries de science-fiction, la technologie passe au second plan au profit des sentiments des personnages : leurs peurs et angoisses, leur rapport avec le vieillissement, le deuil et la mort.

Sur scène, Roderick Williams et Julia Bullock nous livrent une interprétation convaincante et touchante.
Williams relève le défi de donner vie à un personnage réel et à son clone virtuel, en chantant face à des caméras captant ses mouvements et les reproduisant instantanément sur des écrans.

Cette mise en espace fonctionne sur plusieurs niveaux : elle montre la procédure de transfert de l’être humain, elle souligne l’unicité de chacun d’entre nous, nos corps, nos mouvements et nos voix et représente la dualité de l’homme et de son avatar.

Au fur et à mesure du récit, le baryton à la voix riche et ample, nous fait découvrir toutes les facettes de son personnage : son histoire, sa souffrance, son apparente délivrance et finalement sa solitude d’esprit émietté dans le blockchain.

Upload de Michel van der Aa, Dutch National Opera
Upload de Michel van der Aa, Dutch National Opera © Marco Borggreve

Bullock, de son côté, incarne à merveille la fille du protagoniste, qui interagit de manière naturelle avec les deux versions du père et les vidéos, tout en se déplaçant sur scène au rythme des changements de décors et des rotations des projections 3D.

Au-dessus des frottements et des changements soudains d’une partie orchestrale particulièrement inquiétante, parfaitement rendue par l’ensemble MusikFabrik, la voix saisissante de la soprano s’y élève avec de longues lignes pleines d’émotion et des impressionnants sauts d’octaves.

Upload de Michel van der Aa, Dutch National Opera
Upload de Michel van der Aa, Dutch National Opera © Marco Borggreve

Dans les vidéos — qui ici ne sont pas juste des décors, mais partie intégrante de la narration — les acteurs contribuent également à l’ambiance sinistre du récit : on y retrouve les explications scientifiques et psychologiques faussement rassurantes du CEO de la clinique (Ashley Zukerman), de la psychiatre (Katja Herbers) et de la scientifique (Esther Mugambi), et les contributions paisibles et optimistes des autres « patients » et de l’entourage des protagonistes (Samuel West, Claron McFadden, David Eeles et Tessa Stephenson).

Upload est une de ces pièces qui invite à la réflexion : on sort de la salle en s’interrogeant sur la définition de l’existence, sur la possibilité exaltante et terrifiante d’émuler un cerveau et une conscience, sur ses implications éthiques et sociétales qu’il nous faudra considérer.

 

 


Upload de Michel van der Aa

Livret  Michel van der Aa
Direction musical  Otto Tausk
Mise en scène  Michel van der Aa
Scénographie et lumières Theun Mosk
Costumes  Elske van Buuren
Dramaturgie Madelon Kooijman et Niels Nuijten

Père  Roderick Williams
Fille Julia Bullock

Orchestre  Ensemble MusikFabrik

Commissioné and co-produit par Dutch National Opera, DoubleA Foudation (Amsterdam), Ensemble MusikFabrik (Cologne), Oper Köln (Cologne), Bregenzer Festspiele, Park Avenue Armory (New York)

 

Parallèlement à sa formation en chant lyrique, Cinzia Rota fréquente l'Académie des Beaux-Arts puis se spécialise en communication du patrimoine culturel à l'École polytechnique de Milan. En 2014 elle fonde Classicagenda, afin de promouvoir la musique classique et l'ouvrir à de nouveaux publics. Elle est membre de la Presse Musicale Internationale.

Derniers articles de Chronique