Célia Oneto Bensaid © Natacha Colmez
Célia Oneto Bensaid © Natacha Colmez

Les grands oncles d’Amérique de Célia Oneto Bensaid

1 minute de lecture

Nous avons rencontré la pianiste Célia Oneto Bensaid, à l’occasion de la parution d’un cd consacré à George Gershwin et Léonard Bernstein.

Célia Oneto Bensaid évoque le programme de ce cd (Soupir éditions), intitulé « American Touches »,  consacré en large partie à des transcriptions pour piano seul, qu’elle a réalisées, de l’ouverture de Candide, des danses symphoniques de West Side Story, de Léonard Bernstein, et d’un Américain à Paris, de George Gershwin. Ce disque est complété par les trois préludes pour piano de Gershwin, et de Touches de Bernstein, une oeuvre rare pour piano seul, composée en 1981 pour le concours Van Cliburn. Célia Oneto Bensaid nous dit ce que représente pour elle ce programme, hommage à la comédie musicale, et à deux de ses grandes figures tutélaires. Elle n’oublie pas pour autant d’évoquer son actualité, et son récent concert donné dans le cadre de Piano aux Jacobins.  Et le duo qu’elle forme avec la chanteuse Marie-Laure Garnier.

 

 

 

Avocat, chargé de la programmation des concerts de musique classique pour le Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme, réalise des interviews depuis une dizaine d'années pour différentes radios. A une passion (avouable) pour Audrey Hepburn, Jacques Becker, Ernst Lubitsch, Billy Wilder, et (inavouable) pour Jerry Lewis. Quatre films au pinacle de sa cinéphilie: "Ariane" (avec Audrey Hepburn), "Edouard et Caroline" (de Jacques Becker), "Vertigo" (Hitchcock) et "Le Pigeon" de Mario Monicelli.

Derniers articles de Portée de voix