Damien Ventula, violoncelliste.
Damien Ventula © Christian Martin

Damien Ventula réunit Saint-Saëns et Huillet pour son album « Concertos »

13 minutes de lecture

A l’occasion de la prochaine sortie du disque intitulé Concertos, Classicagenda a interviewé Damien Ventula, violoncelliste. Il a accepté de nous parler du projet et de sa mise en oeuvre au vu des conditions particulièrement difficiles pour le secteur culturel.

Vous allez sortir en le 29 janvier 2021 un album, chez Klarthe Records, consacré à des concertos  de Camille Saint-Saëns et Thierry Huillet : pouvez-vous nous en dire plus sur la genèse de ce projet ?

Au départ, il était prévu de faire un concert à Bordeaux, dans lequel le programme devait inclure un concerto pour violoncelle d’Antonio Vivaldi, le Concerto pour violoncelle n°1 de Camille Saint-Saëns et la création du Concerto pour violoncelle opus 99 de Thierry Huillet. Initialement prévu pour durer une heure, ce concert n’a pas pu avoir lieu en raison du confinement.

Depuis quelques temps, j’avais déjà envie d’enregistrer le concerto de Thierry Huillet qui m’est dédié. Pour ce projet d’enregistrement, j’ai fait appel à Gilles Colliard pour arranger pour orchestre à cordes le Concerto pour violoncelle de Camille Saint-Saëns. Ce célèbre concerto, couplé au concerto de Thierry Huillet composait un programme un peu court pour le disque, c’est pourquoi j’ai souhaité le compléter avec la Romance op. 36 de Saint-Saëns, avec Le Cygne du même compositeur et par la Pièce en forme d’Habanera de Maurice Ravel. Ces pièces ont également fait l’objet d’arrangements pour être interprétées par l’Orchestre de chambre de Toulouse et moi-même en soliste.

Nous avons enregistré en août ce programme pour le label Klarthe Records avec cet orchestre que je connais bien et que j’apprécie. En effet, j’ai eu l’opportunité de jouer avec eux des concertos de Joseph Haydn ou encore de Jean-Chrétien Bach. Grâce une collaboration fructueuse, nous avons pu mener ce projet rapidement. De plus, ceci a été particulièrement stimulant à une période où les concerts se font de plus en plus rares à cause des confinements et des nouvelles restrictions. Fin janvier, la version digitale de ce disque sera disponible sur les plateformes de téléchargement. Pour le disque, il faudra attendre le mois de mai pour le voir en vente.

Damien Ventula
Damien Ventula © Christian Martin

Alors que 2020 était consacrée à la mémoire de Ludwig von Beethoven, l’année 2021 devrait être consacrée à Saint-Saëns. En enregistrant le premier concerto pour violoncelle, est-ce pour vous une manière de rendre hommage à ce grand compositeur français ?

Absolument. Je souhaite rendre hommage à la musique française en général et à Saint-Saëns en particulier. Par ailleurs, je souhaite aussi faire découvrir au plus grand nombre d’auditeurs la musique contemporaine : c’est pourquoi, je voulais inclure le concerto pour violoncelle de Thierry Huillet qui m’est dédié. D’une manière générale, je collabore régulièrement avec des compositeurs de notre temps.

La version que je propose du concerto de Saint-Saëns révèle une écriture un peu plus épurée puisque je l’ai enregistré avec un orchestre à cordes.

Concernant Saint-Saëns, ce compositeur a laissé un grand répertoire intéressant pour le violoncelle. Celui-ci comprend deux concertos, deux sonates pour violoncelle et piano, une suite (violoncelle et piano ou orchestre) ainsi que diverses pièces brèves (dont Le Cygne, extrait du Carnaval des animaux). Initialement écrit pour grand orchestre symphonique, la version que je propose du concerto de Saint-Saëns révèle une écriture un peu plus épurée puisque je l’ai enregistré avec un orchestre à cordes. Pour moi, enregistrer le concerto de Saint-Saëns de cette manière me permet d’avoir du sens dans les relations de tempi et de mieux comprendre les indications de la partition.

 

Le concerto de Thierry Huillet, que vous avez gravé sur ce disque, vous est dédié : pouvez-vous nous parler de l’œuvre ? Et des rapports que vous entretenez avec le compositeur ?

Tout d’abord, Thierry est un ami de longue date. J’ai eu plusieurs fois l’occasion de jouer avec lui. Ainsi, je peux vous citer la création d’une de ses pièces au festival Arc en cello à Saint-Bertrand-de-Comminges (dans le sud-ouest de la France). Thierry est un excellent pianiste et je prends beaucoup de plaisir à jouer et interpréter ses œuvres.

Pour le répertoire du violoncelle, Thierry Huillet avait déjà écrit plusieurs pièces pour violoncelle et piano (je pourrais vous citer son Carnaval ou encore ses 17 haïkus) mais pas encore de concerto. C’est l’Association VivaCello qui lui a commandé ce concerto pour violoncelle. En jouant son œuvre et en l’enregistrant pour la première fois, j’espère attirer le public mélomane vers le répertoire contemporain.

Lors de la genèse de cette composition, Thierry m’a demandé si je souhaitais des éléments sonores/mélodiques spécifiques. C’est, d’une manière générale, ce que font souvent les compositeurs auprès des artistes qui vont créer leurs œuvres. Me concernant, je lui ai donné libre cours à sa pensée créatrice. En revanche, je ne souhaitais pas d’éléments brutaux (comme taper sur mon instrument) car j’estime que cette période d’exploration de ces sonorités est révolue. De plus, cela peut compliquer l’écoute d’une œuvre pour une personne qui souhaite découvrir la musique contemporaine.

Ce concerto me semble approprié pour attirer le public vers la musique contemporaine.

D’un point de vue formel, ce concerto se présente comme un thème et variations. La structure comprend toutefois deux mouvements : Variations et Moto perpetuo ; les deux mouvements ont des caractères très différents et sont très complémentaires. De plus, il y a des plages lyriques intéressantes qui permettent de mettre en exergue les possibilités sonores du violoncelle. Ce concerto me semble approprié pour attirer le public vers la musique contemporaine.

Par ailleurs, Thierry a le sens de la forme musicale. Quand je dis cela, c’est qu’il peut facilement sentir la forme musicale, la modifier. De plus, il sait très bien adapter le matériel thématique et mélodique. En effet, cela fait maintenant plus de 20 ans qu’il compose (son concerto est opus 99).

 

Y a-t-il un lien entre la musique de Saint Saëns et celle de Thierry Huillet ?

Non pas spécifiquement. Les objectifs premiers de ce projet ont été de faire la création de l’œuvre de Thierry Huillet, et de rendre hommage à Saint-Saëns. Il n’y a donc pas de relation en particulier. Si je devais rapprocher l’œuvre de mon ami à une œuvre de la période romantique, je vous dirais que le concerto de Thierry se rapproche plus du concerto de Robert Schumann.

 

Est-ce que le fait d’être soliste à Insula Orchestra peut vous aider à comprendre une œuvre lorsque vous êtes le soliste d’une composition musicale ?

Oui et non ? J’ai eu l’opportunité de participer à beaucoup de projets musicaux, comme des opéras, des opérettes ou encore, de jouer en musique de chambre. Ces diverses expériences me donnent d’avoir une vision globale d’une œuvre concertante et des parties qui la composent. Ainsi, je puis vous dire que les solistes et les accompagnateurs sont complémentaires.

Pour moi, ce disque constituait une première puisque je l’ai fait avec un violoncelle en boyau nu et filé. Je trouve intéressant de jouer de la musique romantique et moderne avec des cordes en boyaux car je trouve que les sons sont plus libres.  Cette approche change l’attaque sonore et permet d’offrir une belle résonnance.

 

Comment s’est passé l’enregistrement compte tenu du contexte sanitaire actuel ?

Très bien. La collaboration avec l’Orchestre de chambre de Toulouse a été très enrichissante.

 

Qu’espérez-vous pour la suite ? Avez-vous d’autres projets ?

J’espère que la vie va reprendre son cours. En effet, le secteur culturel a souffert de beaucoup d’annulations en raison de la pandémie. J’espère que je pourrai faire un maximum de reports de mes concerts initialement prévus et continuer de découvrir de nouvelles pièces. En tant que professeur au conservatoire de Versailles, je peux vous dire que cette crise sanitaire et économique m’a montré à quel point il faut aider la jeune génération de musiciens.

Par ailleurs cette période étrange m’a permis de me recentrer sur des projets discographiques et sur ma famille. Mais les concerts devraient reprendre rapidement néanmoins. Attendons les beaux jours et les décisions pour voir ce qu’il en est.

 

 


Site de Damien Ventula : Espace Pro – Damien Ventula (damien-ventula.com)

Mémorable interprétation de Clair-Obscur de Charles Chaynes : Mémorable création de « Clair-Obscur » de Charles Chaynes par Damien Ventula | Classicagenda : actualité musique classique et opéra

Id FM : Portrait de Damien Ventula, violoncelliste toulousain – idFM 98FM Radio Enghien

Site de Thierry Huillet : Thierry Huillet | Musique for the 21st Century | Official website of Thierry Huillet pianist and composer (musique21.com)

Site de Gilles Colliard : Gilles Colliard – Soliste, Compositeur et Chef d’orchestre (gilles-colliard.com)

Site de l’association VivaCello : ABOUT | vivacello

Ingénieur en mécanique, mais aussi titulaire d'un master international de musique et musicologie (université Paris-Sorbonne et Université de Sarrebrück) ainsi que d'une licence de sciences, je suis passionné par les instruments et la musique classique depuis mon enfance. Ma jeune carrière m'a permis d'avoir une opportunité à Safran Transmission Systems de 2017 à 2020. En tant que violoncelliste amateur, j'ai participé à l'Annecy Classic Orchestra avec Fayçal Karoui et Denis Matsuev en 2014 et 2015 et au Festival Berlioz en 2016.

Derniers articles de Interview