coffret sonne sonne cor de postillon
Un coffret autour du cor de postillon

L’ensemble Artifices ressuscite le cor de postillon

5 minutes de lecture

A l’heure où les échanges numériques ont remplacé en partie le courrier postal, ce coffret nous plonge dans un contexte historique qui a vu les belles heures de la poste et de son cor de postillon.

 

Peut-être avez-vous déjà entendu parler du Postillon de Longjumeau ? L’opéra-comique d’Adolphe Adam au sein duquel le personnage interprète la Ronde du postillon (Ah mes amis, qu’il était beau, le postillon de Lonjumeau !), qui monte jusqu’au contre-ré

Mais qui sont les postillons ? Chargés de transporter le courrier au XVIIème et XVIIIème, ils connurent une mauvaise réputation, à l’instar du récit de Charles Burney consacré à l’Allemagne : “C’est apparement une fatalité universellement attachée à la condition de postillon de dépasser en brutalité les bêtes qu’ils conduisent”. Ce n’est que plus tard qu’ils gagneront en considération. 

“Rythmiquement variée en fonction du signal envoyé”, la sonnerie du cor était chargée d’annoncer la poste ordinaire ou courante, ou le courrier à cheval. Attribué à la poste impériale, et privilège exclusif de la famille Tour et Taxis qui organisait les postes au coeur du Saint-Empire romain germanique et au-delà, il ouvrait aussi certains droits. Cette sorte de “mini-cor” pouvait obliger toute voiture à se ranger pour faire place nette sur les routes.    

Afin de mieux appréhender le cor de postillon, l’ensemble Artifices nous offre un bouquet de pièces faisant écho à cette sonnerie particulière. La directrice artistique Alice Julien-Laferrière s’intéresse depuis quelques années aux liens entre musique et poste aux XVII° et XVIII° siècles. A ce sujet, en tant que spécialiste du cor de postillon, elle avait déjà fait paraître un livre-disque consacré aux bottes du postillon.  

Le joueur de cor de postillon
Le cor de postillon, un instrument mythique dans la mémoire des services postaux

Des pièces comme le Postillon allemand de Josse Boutmy, ici à travers le clavecin tenu par Kazuya Gunji, évoquent les sonneries par le biais de séries d’octaves.  

Dans une vidéo présente sur le site www.seuletoile.fr, on peut saluer l’agilité avec laquelle le trompettiste et corniste Jean-François Madeuf alterne entre cor de chasse et cor de postillon dans le double concerto de Johann Beer. Cet échange permanent entre les deux timbres permet de constater les différences de hauteurs et d’harmoniques. 

On s’attardera aussi sur la très réussie cantate de Johann Samuel Endler intitulée “Le Montreur de curiosités” avec le baryton Romain Bokler, d’une belle flamboyance. On ne fera pas l’impasse sur le Capriccio sopra la lontananza del suo fratello dilettissimo BWV 992 de Bach, qui décrit avec émotion les états d’âme d’un jeune Bach attristé par le départ de son frère, où la sonnerie de cor de postillon est évoquée dans l’Aria di postiglione et dans la fugue qui suit. Que ce soit les oeuvres de Vivaldi, Telemann ou Veracini, elles présentent toutes un lien avec le cor de postillon que l’auditeur aura plaisir à relever au travers de la documentation présente dans le coffret.    

Rédigée en français et en allemand, chaque carte du livret de disque renvoie à une ou plusieurs pièces de l’enregistrement en vidéo, musique en ligne ou cd, ce qui permet d’illustrer aussitôt le propos mais peut parfois nous égarer… Pour s’y retrouver parmi les documents, il est préférable de suivre l’ordre proposé par l’éditeur. 

Cette belle réalisation favorise l’immersion dans le contexte historique et musical du cor de postillon, un instrument ancré dans la mémoire des voyages postaux et dont la sonnerie si typique subsiste dans de nombreuses oeuvres musicales. 

 

 

Coffret-CD – durée totale : 59’
Label : Seulétoile – Distribution : Socadisc

Rédacteur en chef adjoint de Classicagenda, Julien Bordas rédige également depuis 2016 des articles d'actualité, des interviews et des chroniques de concerts. Sa passion pour la musique classique provient notamment de sa rencontre avec l'orgue, un instrument qu'il a étudié en conservatoire et lors de masterclass.

Derniers articles de Chronique