Eliahu Inbal © ZChrapek
/

A 80 ans, les passions d’Eliahu Inbal

1 minute de lecture

Eliahu Inbal raconte sa passion pour Bruckner et Mahler, et comment il en est venu à enregistrer quatre fois le cycle des symphonies du second, mais aussi ses débuts de violoniste, son apprentissage en tant que violon solo dans des orchestres, son amitié avec Claudio Arrau.

Pour son quatre-vingtième anniversaire, il dirigera la neuvième symphonie de Bruckner à la Philharmonie de Paris le 4 mars prochain, et la septième symphonie de Mahler au Printemps des Arts de Monte-Carlo le 9 avril.

 

 

Avocat, chargé de la programmation des concerts de musique classique pour le Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme, réalise des interviews depuis une dizaine d'années pour différentes radios. A une passion (avouable) pour Audrey Hepburn, Jacques Becker, Ernst Lubitsch, Billy Wilder, et (inavouable) pour Jerry Lewis. Quatre films au pinacle de sa cinéphilie: "Ariane" (avec Audrey Hepburn), "Edouard et Caroline" (de Jacques Becker), "Vertigo" (Hitchcock) et "Le Pigeon" de Mario Monicelli.

Derniers articles de Interview