Palmos © Filip Van Roe
Palmos © Filip Van Roe

Palmos : en attendant de s’embrasser à nouveau

6 minutes de lecture

En ce moment, l’opéra ballet des Flandres programme en première mondiale le ballet Palmos d’Andonis Foniadakis, créé spécialement pour le live streaming, en espérant de pouvoir le présenter à l’opéra d’Anvers à partir du 11 mai.

 

Cela fait déjà un an qu’on n’a plus le droit de s’assoir dans une salle de théâtre, cela fait déjà un an que les artistes et les lieux culturels pâtissent du manque de public pour les opéras, les ballets, les concerts.
Les seuls humains qu’on a le droit de côtoyer dans un lieu fermé sont nos voisins de quartier faisant les courses ou d’autres fidèles dans un lieu de culte.

Tout cela est essentiel, la culture ne l’est pas. On en est sûrs ?

Les salles sont en train de faire de leur mieux pour continuer à proposer au public du spectacle vivant. Elles ont su s’adapter, ainsi que les artistes, en choisissant des spectacles en formation réduite, pour minimiser les contacts. L’art au temps de la Covid se fait dans des salles vides, sans spectateurs.
Des caméras captent les spectacles, adaptés pour les écrans, puis ils sont téléversés sur des plateformes de streaming vidéo, où finalement ils vont à la rencontre des spectateurs.

Palmos d'Andonis Foniadakis
Palmos d’Andonis Foniadakis © Filip Van Roe

L’opéra ballet des Flandres présente en ce moment la première mondiale de Palmos d’Andonis Foniadakis. En 2018 sa compagnie avait déjà dansé un autre ballet du chorégraphe grec : Selon désir, qui aurait dû former un diptyque avec cette nouvelle création. Malheureusement, les mesures sanitaires ne permettent pas aux danseurs de se lancer dans un travail de groupe de cette dimension.

A côté de l’aspect communautaire, la danse dans Selon désir était portée vers l’extérieur, la scène étant utilisée dans toute sa longueur, à la recherche d’une connexion sociale et religieuse. Dans Palmos, en revanche, on privilégie des connexions intimes dans un espace limité – celui de la vie confinée. Malgré cela, le pulse (Palmos en grec) de la vie, ne s’arrête pas, et la recherche d’une issue se développe ainsi dans la verticalité de l’espace.
Cette dimension est celle qui vient de l’intérieur, celle des souvenirs, de la nostalgie, quand tout était « normal », et du désir rempli d’espoir de retrouver cette connexion perdue.

Sur la musique d’Active Child, des scènes différentes s’alternent sur une scène sombre, animée par les mouvements extrêmement fluides des danseurs. La musique du chanteur américain contribue à créer cette atmosphère intime et touchante, ainsi que le jeu de lumières, parfaitement cadré dans la vidéo.

Les mouvements de danse balancent entre classique et contemporain sans solution de continuité. On est emportés par la grâce avec laquelle le corps de ballet enchaîne des figures complexes, risquées et extrêmes, on en admire la fluidité élastique.

Palmos d'Andonis Foniadakis
Palmos d’Andonis Foniadakis © Filip Van Roe

Des duos, trios et scènes en petit groupe alternent, animés par des lumières colorées, utilisées à chaque fois de manière différente et créative, mais voulant toujours accentuer les silhouettes. Les jeux d’ombres exaltent la plasticité des corps et soulignent chaque mouvement marqué par la mise en valeur des muscles. Les plans rapprochés de la vidéo, nous permettent ainsi d’apercevoir la légèreté fragile du corps, qui nous rappelle de manière touchante notre humanité.

Les décors contribuent également à réinventer et agrandir l’espace de la danse, qui se fait ainsi graphique, et à nous transporter dans l’atemporel et le conceptuel.

Même en vidéo, Palmos offre de fortes émotions et capture notre attention du début à la fin. J’en apprécie même certains aspects, comme l’accès aux détails et la possibilité de revoir les passages le plus marquants, mais en écrivant – avec Active Child dans mes écouteurs pour rester dans l’ambiance – je ne peux que me demander ce que donnerait Palmos au théâtre. Je reste avec la soif, et l’espoir, que cela soit au plus tôt.

 

Palmos

Chorégraphie : Andonis Foniadakis
Musique : Julien Tarride, Active Child
Mise en scène et lumières : Sakis Birbilis
Costumes : Anastasios Sofroniou
Dramaturgie : Koen Bollen
Danseurs: Danseurs de l’Opéra Ballet Vlaanderen

Parallèlement à sa formation en chant lyrique, Cinzia Rota fréquente l'Académie des Beaux-Arts puis se spécialise en communication du patrimoine culturel à l'École polytechnique de Milan. En 2014 elle fonde Classicagenda, afin de promouvoir la musique classique et l'ouvrir à de nouveaux publics. Elle est membre de la Presse Musicale Internationale.

Derniers articles de Chronique