Kazuki Yamada © Fondation Louis Vuitton/ Martin Raphaël Martiq
Kazuki Yamada © Fondation Louis Vuitton/ Martin Raphaël Martiq
/

L’académie Seiji Ozawa, et l’âme du quatuor, entretien avec Kazuki Yamada (English version)

2 minutes de lecture

Nous avons rencontré le chef d’orchestre Kazuki Yamada, à l’occasion de la résidence de l’académie internationale Seiji Ozawa à la Fondation Louis Vuitton.

Kazuki Yamada revient sur la création, en 2004, de cette académie, par Seiji Ozawa, passionné par l’enseignement et convaincu que la pratique de la musique de chambre et du quatuor en particulier, sont essentiels. Chaque année, 24 jeunes talents sont sélectionnés dans les principaux conservatoires, et concours internationaux, et se retrouvent pour plusieurs semaines afin de travailler ensemble et en quatuors avec des professeurs de l’envergure de Pamela Frank, Sadao Harada (quatuor de Tokyo) et Nobuko Imaï.  Le concert qu’ils ont donné à la Fondation le 11 juillet dernier a permis de constater leur exceptionnelle musicalité, la profondeur du travail effectué ensemble, et l’exigence du répertoire interprété (mouvements de quatuors de Beethoven, Brahms, Debussy etc…). Ils ont donné ensemble, et sans chef, la Cavatine du Quatuor opus 130 de Beethoven, en hommage à Robert Mann, premier violon du quatuor Juillard, et qui enseigna à la Fondation, avant d’offrir une bouleversante et mémorable interprétation de la Nuit Transfigurée de Schönberg, sous la direction de Kazuki Yamada. Lequel évoque également à notre micro sa passion pour la musique française. Pour ceux qui n’ont pu assister à ce concert, des extraits d’oeuvres interprétées par les musiciens de l’académie les années précédentes peuvent être écoutés sur YouTube.

 

 

 

Avocat, chargé de la programmation des concerts de musique classique pour le Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme, réalise des interviews depuis une dizaine d'années pour différentes radios. A une passion (avouable) pour Audrey Hepburn, Jacques Becker, Ernst Lubitsch, Billy Wilder, et (inavouable) pour Jerry Lewis. Quatre films au pinacle de sa cinéphilie: "Ariane" (avec Audrey Hepburn), "Edouard et Caroline" (de Jacques Becker), "Vertigo" (Hitchcock) et "Le Pigeon" de Mario Monicelli.

Derniers articles de English