"Les Arts Florissants" et Pierre-François Dollé au festival de l'Abbaye de Saint-Michel-en-Thiérache
"Les Arts Florissants" et Pierre-François Dollé © Robert Lefèvre

Jean de La Fontaine en musiques au Festival de l’Abbaye de Saint-Michel en Thiérache

7 minutes de lecture

Après l’annulation de son édition 2020 en raison de la crise sanitaire, le Festival de l’Abbaye de Saint-Michel en Thiérache se devait de retrouver son public fidèle et passionné. Chose faite, en cette année 2021, du 6 juin au 4 juillet pour sa 35ème saison.

 

En cette année du 400ème anniversaire de la naissance de Jean de La Fontaine (8 juillet 1621), il était plus que nécessaire de consacrer une journée à l’enfant du pays, né à Château-Thierry, dans ce même département de l’Aisne qui vit également naître Jean Racine, un autre de ses célèbres contemporains et amis.

L’événement était célébré le dimanche 4 juillet dans la superbe Abbaye de Saint-Michel en Thiérache, en perpétuelle restauration. Cette dernière journée du 35ème festival reposait sur deux concerts. L’Ensemble Les Arts Florissants et l’écrivain Erik Orsenna étaient invités. Ce dernier intervenant dans le cadre du concert du matin avec la soprano Juliette Perret et quelques instrumentistes de l’ensemble.

La thématique choisie pour cette première partie était « La Liberté face à tous les pouvoirs », occasion de rappeler les mésaventures de Jean de La Fontaine du fait de sa fidélité au Surintendant Fouquet – une qualité que tous lui ont unanimement reconnue….- et qu’il a payé très cher sa vie durant.

« Pestiféré », rejeté par la Cour et les courtisans – il le fut et le resta, alors que tant d’autres artistes, musiciens, poètes intimes du Surintendant déchu furent récupérés par Louis XIV… Erik Orsenna rappelait à cet égard que Jean de la Fontaine fut le seul à ne pas l’être, et qu’il paya toute sa vie cette fidélité. Le récitant nous l’a rappelé: « Pour être libre, il a fait parler les animaux » ! Jean de La Fontaine n’était pas de la race des domestiques….

Cette évocation a été mise en musique(s) par des extraits d’œuvres de Marc-Antoine Charpentier (superbe ouverture du Rendez-vous des Tuileries), Jean-Henry D’Anglebert, Jean-Baptiste Lully, Louis Couperin et François Dufau, interprétés par un petit ensemble issu des Arts Florissants (Augusta McKay, au violon, Massimo Moscardo au théorbe et Florian carré au clavecin) et chantés avec tact et distinction par Juliette Perret.

A noter la très belle musicalité du violon virtuose d’Augusta McKay, exprimant ce qu’il faut d’intériorité.

Erik Orsenna et les "Arts Florissants" au festival de l'Abbaye de Saint-Michel-en-Thiérache
Erik Orsenna et les « Arts Florissants » © Robert Lefèvre

Cette journée se poursuivait avec « Les Arts Florissants » cette fois-ci au complet, avec la présence d’un narrateur en la personne de Pierre-François Dollé, dont l’intervention alternait avec les musiques choisies.

Pour les textes récités, nous accorderons une mention spéciale au pamphlet de La Fontaine contre Lully, à L’Ode au roi pour la défense de Fouquet et enfin, à la lettre du fabuliste adressée à François de Maucroix et datée du 10 février 1695, quelques semaines avant sa mort, témoignant de son ironie et son humour.

Paul Agnew – codirecteur musical des Arts Florissants au côté de son fondateur William Christie et inoubliable Platée de Jean-Philippe Rameau – assurait la direction musicale.

Ce programme rappelle que les textes de Jean de La Fontaine ont été une source d’inspiration pour les musiciens, étant observé que la personnalité du poète – sa liberté de ton et peut-être, parfois, une certaine nonchalance comme l’a rappelé Paul Agnew -, n’ont pas facilité ses rapports avec certains compositeurs ; notamment avec l’autoritaire et colérique Jean-Baptiste Lully pour lequel il avait composé le livret d’un opéra, Daphné. Opéra qui finalement ne verra pas le jour en raison des nombreux différends survenus entre les deux hommes.

Il n’empêche, il nous a été permis d’apprécier la beauté des extraits de l’opéra Astrée – notamment des ensembles – pour lequel La Fontaine a écrit le livret et son ami Pascal Collasse, la musique. Occasion aussi de goûter l’humour irrésistible de certaines fables mises en musique, telle « Le Loup et l’Agneau » où sont aux prises, petit florilège de virtuosité, haute-contre et basse !

L’occasion, encore, de croiser un intéressant Cantique spirituel de Jean Racine sur une musique également de Pascal Collasse, ou l’air de Galatée, extrait de l’Acte II d’Astrée.

Tour à tour solistes et choristes, les chanteurs des Arts Florissants font merveille de justesse et d’homogénéité, et closent ce très beau concert dans l’éclat du chœur final de l’opéra Astrée, dirigé avec science et subtilité par Paul Agnew, toujours à l’écoute attentive des voix, lui qui n’a pas oublié qu’il a été l’un des plus grands ténors de musique ancienne de sa génération.

 

 


35ème Festival de Musique ancienne et baroque 2021

de l’Abbaye de Saint-Michel en Thiérache.

Département de l’Aisne.

Dimanche 4 juillet 2021

« La Fontaine au cœur du Grand Siècle « 

11h30 : « La liberté face à tous les pouvoirs »

Erik Orsenna, récitant

« Les Arts Florissants »

Œuvres  de M-A Charpentier, JH D’Anglebert, JB Lully, Louis Couperin, François Dufau.

15H30 « Jean de la Fontaine, l’homme ou le poète »

« Les Arts Florissants »

Ensemble instrumental et vocal

Pierre-François Dollé, récitant

Paul Agnew, Direction

Œuvres de Pascal Collasse, JB Lully, Michel Lambert et Pierre Beauchamp.

 

Les années au Barreau, où il a été notamment actif dans le domaine des droits de l'homme, ne l'ont pas écarté de la musique, sa vraie passion. Cette même passion le conduit depuis une quinzaine d'années à assurer l'animation de deux émissions entièrement dédiées à l’actualité de la vie musicale sur Fréquence Protestante.

Derniers articles de Chronique