Opera a Palazzo © Denis Mareau
Opera a Palazzo © Denis Mareau

L’opéra « La Traviata » de Verdi, au salon et en immersion

7 minutes de lecture

L’ Hôtel Dosne-Thiers accueille à Paris La Traviata, l’oeuvre majeure de Giuseppe Verdi, dans un format original et sous la forme d’une expérience confidentielle…. à partir du mercredi 9 juin pour une série de représentations jusqu’au vendredi 9 juillet 2021.

 

S’emparer d’un chef d’oeuvre de l’art lyrique – en l’occurrence La Traviata de Giuseppe Verdi – s’adjoindre le talent de jeunes et brillants chanteurs et de solides instrumentistes, les faire évoluer dans un lieu correspondant historiquement au drame, l’Hôtel Dosne-Thiers à Paris,  inviter enfin le public à partager in situ le drame, une coupe de champagne à la main, telle est l’ambition (plutôt réussie !)  d' »Opera Palazzo Paris », producteur de cette série de spectacles qui a débuté le 9 juin dernier.

Version française de Musica a Palazzo, créateur d’opéras « immersifs » depuis plus de 10 ans à Venise, Opera a Palazzo a jeté son dévolu sur cet Hôtel Dosne -Thiers, reconstruit à la fin du XIXème siècle suite à sa destruction par la Commune. Ce haut lieu patrimonial, situé au cœur du quartier dit de « la Nouvelle Athènes » et qui fut la demeure emblématique d’Adolphe Thiers, un des hommes politiques de l’époque parmi les plus influents – était idéal pour servir de décor au drame de Verdi.

Opera a Palazzo
Opera a Palazzo © Denis Mareau

Il est vrai aussi que l’ouvrage de Verdi se prête bien à ce découpage: aux trois actes correspondent trois lieux distincts, les trois étapes du chemin de croix de la demi-mondaine Violetta Valéry séduite par Alfredo Germont. Sous la pression du père de ce dernier, Giorgio Germont, Violetta va renoncer à son amour et, dans sa chute, va succomber à la phtisie dans les bras de son amoureux, arrivé trop tard…

Une des originalités de ce spectacle est que l’opéra ne se donne pas sur une scène, mais sur plusieurs, en fonction de l’évolution l’action.

L’opéra se déplace, à chaque acte, dans un autre salon. Il circule à travers le public qui le suit pas à pas, au plus près du souffle des chanteurs, en immersion du drame qui se déroule près de lui, parfois à la seule lumière des abat-jour, sous les lambris et le portrait du maître des lieux….

Opera a Palazzo
Opera a Palazzo © Denis Mareau

Les interprètes  (choisis par Hugues Rameau, de « Music & Opera ») de cette répétition générale sont en tous points formidables et, en premier lieu, la soprano Armelle Khourdoïan, qui incarne avec passion une Violetta tout à la fois mondaine  et déchirante, un Alfredo incarné de fort belle manière par le ténor Christophe Poncet de Solages qui sait puiser le ton pathétique dans sa puissance vocale. Quant à Jiwon Song, le baryton interprète Giorgio Germont, tout en autorité, mais aussi, ce qui donne un éclairage intéressant à ce personnage à la fois fragile et tyrannique, tout en retenue et pudeur…

Les inévitables coupures, l’absence de chœur et de respiration orchestrale font de cette version de l’oeuvre un opéra de chambre (ce qu’il est déjà).

La puissance du récit et le génie dramatique de la musique n’en sont pas affectés, au contraire ! On pourrait même dire qu’ils sont restitués encore plus puissamment dans cette version, car nous faisons face de manière directe au drame intime ; même si la mise en scène est par la force des choses inévitablement simplifiée et donne lieu parfois à des jeux de scène un peu convenus.

Opera a Palazzo
Opera a Palazzo © Denis Mareau

La réduction orchestrale (due à l’Ensemble Musica a Palazzo Venise) est interprétée vaillamment par trois instrumentistes, la pianiste Katia Weimann, également chef de chant (en alternance), la violoniste Roxana Rastegar et la violoncelliste Cécilia Careno.

La représentation est précédée d’une visite de ces lieux somptueux  (notamment de la bibliothèque), et des couloirs et escaliers richement ornés d’œuvres rares.

Ces représentations devant se succéder 2 fois par semaine jusqu’au 9 juillet, c’est une véritable troupe d’opéra qui a été mobilisée pour en assurer la continuité !

 

 


Représentations de « La Traviata »: à partir mercredi 9 juin jusqu’au vendredi 9 juillet 2021, chaque jeudi et vendredi du mois de juin ainsi que le samedi 26 juin et les  1, 2, 8 et 9 juillet 2021, à 19h30.

 

Hôtel Dosne-Thiers

27, Place Saint Georges. 75009 Paris

Opera a Palazzo (production « Music Opera Events »)

« La Traviata »

Opéra de Giuseppe Verdi

Transcription musicale: Ensemble Musica a  Palazzo Venise

Mise en scène: Patrizia Di Paolo

« Violetta Valéry » en alternance: Armelle Khourdoïan, Emilie Rose Bry, Aurélie Loilier,

« Alfredo Germont » en alternance: Christophe Poncet de Solages, Thomas Ricart, Mathieu Septier, Matthieu Justine,

« Giorgio Germont » en alternance: Jiwon Song, Laurent Arcaro,, Benoît Gadel, Timothée Varon

Piano, Chef de Chant, en alternance: Katia Weimann, Philip Richardson,

Roxana Rastegar, violon,

Cecilia Careno, violoncelle.

 

 

 

Les années au Barreau, où il a été notamment actif dans le domaine des droits de l'homme, ne l'ont pas écarté de la musique, sa vraie passion. Cette même passion le conduit depuis une quinzaine d'années à assurer l'animation de deux émissions entièrement dédiées à l’actualité de la vie musicale sur Fréquence Protestante.

Derniers articles de Chronique

%d blogueurs aiment cette page :