Didier Sandre © DR
Didier Sandre © DR

Une passion pour le texte, une passion pour la musique, interview avec Didier Sandre

1 minute de lecture

Nous avons rencontré Didier Sandre, de la Comédie Française, à l’occasion d’un concert auquel il participera le 30 novembre prochain à la Cathédrale Saint-Louis des Invalides.

 

Le comédien évoque l’Histoire du Soldat, de Stravinsky et Ramuz, qu’il interprétera le 30 novembre prochain, aux côtés notamment de la violoniste Agnès Pyka, du clarinettiste Pascal Moragues, du contrebassiste Mathias Lopez et d’autres musiciens placés sous la direction de Claude Kesmaecker. Didier Sandre revient sur les interprétations qu’il a pu donner, de cette oeuvre, en particulier avec des musiciens dirigés par Pierre Boulez. Il n’omet pas l’influence que celui-ci a eue sur sa manière de l’interpréter. Il nous parle de son amour de la musique, du travail avec les musiciens, de « l »exercice » si difficile et particulier de l’alternance, à la Comédie Française, des Fourberies de Scapin et des Damnés qu’il interprète actuellement, du metteur en scène Ivo Van Hove… sans oublier l’Histoire de Babar, de Francis Poulenc, et Eric Rohmer, sous la direction duquel il a joué dans « le Conte d’automne ».

Avocat, chargé de la programmation des concerts de musique classique pour le Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme, réalise des interviews depuis une dizaine d'années pour différentes radios. A une passion (avouable) pour Audrey Hepburn, Jacques Becker, Ernst Lubitsch, Billy Wilder, et (inavouable) pour Jerry Lewis. Quatre films au pinacle de sa cinéphilie: "Ariane" (avec Audrey Hepburn), "Edouard et Caroline" (de Jacques Becker), "Vertigo" (Hitchcock) et "Le Pigeon" de Mario Monicelli.

Derniers articles de Portée de voix

%d blogueurs aiment cette page :