Juliana Steinbach © Balázs Böröcz
Juliana Steinbach © Balázs Böröcz

Que peut-on jouer après la Fantaisie op. 17 de Schumann ? Interview avec Juliana Steinbach

1 minute de lecture

Nous avons rencontré la pianiste Juliana Steinbach, quelques jours avant le concert qu’elle donnera le 23 mai prochain, au Goethe Institut de Paris.

 

Juliana Steinbach y interprétera les Deux rhapsodies opus 79 de Brahms, la Fantaisie opus 17 de Schumann et des pièces brèves de Villa Lobos. Elle évoque  la Fantaisie, le choix des pièces accompagnant cette oeuvre lors de son concert, ses liens affectifs et musicaux avec la musique de Villa Lobos, ses origines brésiliennes, son éducation musicale en France et ailleurs, notamment auprès de la pianiste israélienne Pnina Salzmann. Elle nous parle de son nouveau disque, enregistré en live, consacré à Liszt, Debussy et Moussorgsky (Pavane Records) des deux festivals dont elle est la directrice artistique, « Musique en Brionnais » et « Transylvania Chamber Music Festival »…Sans oublier Nelson Freire et Martha Argerich.

 

Avocat, chargé de la programmation des concerts de musique classique pour le Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme, réalise des interviews depuis une dizaine d'années pour différentes radios. A une passion (avouable) pour Audrey Hepburn, Jacques Becker, Ernst Lubitsch, Billy Wilder, et (inavouable) pour Jerry Lewis. Quatre films au pinacle de sa cinéphilie: "Ariane" (avec Audrey Hepburn), "Edouard et Caroline" (de Jacques Becker), "Vertigo" (Hitchcock) et "Le Pigeon" de Mario Monicelli.

Derniers articles de Portée de voix

%d blogueurs aiment cette page :