Jérôme Correas © Florent Drillon

Molière à l’opéra, entretien avec Jérôme Correas

1 minute de lecture

Jérôme Correas s’est livré à notre micro à l’occasion de la parution d’un disque consacré à la Comédie-ballet (Glossa), genre illustré par Molière et Lully, puis Molière et Charpentier… après la rupture entre les deux premiers.

 

 

Il nous dit ce que ce genre a de si particulier, et comment il a mené Lully à l’opéra. Du reste, Molière n’aura jamais assisté à aucun opéra de Lully, puisqu’il est mort deux mois avant la création du premier d’entre eux, Cadmus et Hermione en 1673. Jérôme Correas évoque sa carrière de baryton, qui lui permet d’entretenir une relation privilégiée avec les chanteurs qu’il « dirige » désormais. Il parle de l’orchestration de ces oeuvres, des choix interprétatifs, des tempi, de la différence entre les musiques de Lully et Charpentier, de l’ensemble « Les Paladins »… et de bien d’autres choses.

Avocat, chargé de la programmation des concerts de musique classique pour le Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme, réalise des interviews depuis une dizaine d'années pour différentes radios. A une passion (avouable) pour Audrey Hepburn, Jacques Becker, Ernst Lubitsch, Billy Wilder, et (inavouable) pour Jerry Lewis. Quatre films au pinacle de sa cinéphilie: "Ariane" (avec Audrey Hepburn), "Edouard et Caroline" (de Jacques Becker), "Vertigo" (Hitchcock) et "Le Pigeon" de Mario Monicelli.

Derniers articles de Portée de voix

%d blogueurs aiment cette page :