Louis-Noël Bestion de Camboulas
Louis-Noël Bestion de Camboulas © C Grelié

Un pont entre deux siècles et deux pays, entretien avec Louis-Noël Bestion de Camboulas

2 minutes de lecture

Nous avons rencontré l’organiste-claveciniste, Louis-Noël Bestion de Camboulas, à l’occasion d’un concert qui sera donné le 11 avril prochain dans la nef du Collège des Bernardins à Paris.

Louis-Noël Bestion de Camboulas évoque le programme de ce concert, qu’il donnera aux côtés de l’ensemble Les Surprises, ensemble créé avec Juliette Guignard, violiste, en 2010. Des oeuvres de Jean-Baptiste Lully, Jean-Sébastien Bach (cantate Aus tiefer not schrei ich zu dir), Henry Desmarets, et le Psaume 130: Aus tiefer not, de Philippe Hersant, écrit en miroir à la cantate de Bach. Louis-Noël Bestion de Camboulas parle également d’un disque chambriste qu’il vient de faire paraître pour le label Harmonia Nova-Harmonia Mundi, « Soleils couchants ». Il y joue un orgue de salon Cavaillé-Coll, aux côtés de la soprano Eugénie Lefebvre, du baryton Etienne Bazola, de la harpiste Lucie Berthomier et de l’altiste Adrien La Marca. Un répertoire qui court de Debussy à Liszt en passant par Fauré, Franck, Hugo Wolf… et quelques autres. Des oeuvres intimistes mêlant transcriptions et oeuvres originellement écrites pour orgue. Louis-Noël Bestion de Camboulas nous parle également de sa participation à l’enregistrement du Requiem de Fauré dans sa version de 1893, interprété par Roxane Chalard, soprano, Mathieu Dubroca, baryton, l’ensemble Aedes, l’orchestre Les Siècles, placés sous la direction de Mathieu Romano (label Aparté).

 

 

 

 

Avocat, chargé de la programmation des concerts de musique classique pour le Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme, réalise des interviews depuis une dizaine d'années pour différentes radios. A une passion (avouable) pour Audrey Hepburn, Jacques Becker, Ernst Lubitsch, Billy Wilder, et (inavouable) pour Jerry Lewis. Quatre films au pinacle de sa cinéphilie: "Ariane" (avec Audrey Hepburn), "Edouard et Caroline" (de Jacques Becker), "Vertigo" (Hitchcock) et "Le Pigeon" de Mario Monicelli.

Derniers articles de Portée de voix