Extrait de la couverture du livre "L'opéra sans rédemption ou Eros musicien" de Marc Goldschmit © Opéra de Paris
Extrait de la couverture du livre "L'opéra sans rédemption ou Eros musicien" de Marc Goldschmit © Opéra de Paris

L’opéra sans rédemption, Wagner et Mozart, entretien avec Marc Goldschmit

1 minute de lecture

Nous avons rencontré le philosophe Marc Goldschmit à l’occasion de la parution d’un livre consacré aux opéras de Wagner et Mozart, « L’opéra sans rédemption ou Eros musicien » (Editions Aedam Musicae).

 

Marc Goldschmit, agrégé et docteur en philosophie, analyse l’opéra wagnérien – son art, sa politique et sa religion – pour en mesurer la portée et les enjeux. Il évoque la musique, la politique, l’antisémitisme, qu’on trouve non seulement dans les écrits du compositeur, mais également sous-jacents, dans la quasi intégralité de ses opéras. Il nous parle de la vision de Thomas Mann et de Luchino Visconti dans « Mort à Venise ». Puis il en arrive à sa passion pour les opéras de Mozart, aux antipodes de ceux de Wagner.

Avocat, chargé de la programmation des concerts de musique classique pour le Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme, réalise des interviews depuis une dizaine d'années pour différentes radios. A une passion (avouable) pour Audrey Hepburn, Jacques Becker, Ernst Lubitsch, Billy Wilder, et (inavouable) pour Jerry Lewis. Quatre films au pinacle de sa cinéphilie: "Ariane" (avec Audrey Hepburn), "Edouard et Caroline" (de Jacques Becker), "Vertigo" (Hitchcock) et "Le Pigeon" de Mario Monicelli.

Derniers articles de Portée de voix

%d blogueurs aiment cette page :