Philippe Entremont © Joël Halioua
Philippe Entremont © Joël Halioua

L’éternel retour, la dernière sonate de Schubert, entretien avec Philippe Entremont

1 minute de lecture

Nous avons rencontré le pianiste Philippe Entremont à l’occasion de la parution d’un CD consacré à Schubert

 

Philippe Entremont, qui vient de faire paraître la sonate en si bémol majeur, D 960, et la Fantaisie en fa mineur pour piano à quatre mains, (cette dernière aux côtés de Gen Tomuro) pour le label Solo Musica, revient longuement sur ces deux chefs d’oeuvre.

 

 

Des oeuvres qu’il n’avait jamais enregistrées, alors même que sa discographie est pléthorique. Il évoque certaines des grandes rencontres de sa vie artistique, Eugène Ormandy, Leonard Bernstein, Darius Milhaud, André Jolivet, Gaby Casadesus, sa carrière de chef d’orchestre, à la tête, notamment de l’orchestre de chambre de Vienne, et de l’orchestre de chambre d’Israël.

Avocat, chargé de la programmation des concerts de musique classique pour le Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme, réalise des interviews depuis une dizaine d'années pour différentes radios. A une passion (avouable) pour Audrey Hepburn, Jacques Becker, Ernst Lubitsch, Billy Wilder, et (inavouable) pour Jerry Lewis. Quatre films au pinacle de sa cinéphilie: "Ariane" (avec Audrey Hepburn), "Edouard et Caroline" (de Jacques Becker), "Vertigo" (Hitchcock) et "Le Pigeon" de Mario Monicelli.

Derniers articles de Portée de voix

%d blogueurs aiment cette page :