Vladimir Stoupel © Marc Priske
Vladimir Stoupel © Marc Priske

Ravel, Poulenc et… le méconnu Ferroud, entretien avec Vladimir Stoupel

1 minute de lecture

Nous avons rencontré le pianiste Vladimir Stoupel, à l’occasion de la parution d’un disque consacré à trois sonates françaises, interprétées aux côtés de la violoniste Judith Ingolfson.

 

Vladimir Stoupel, né à Moscou, venu en France en 1984, évoque son amour de la musique française, révélé dès son arrivée à Paris. Il nous parle de sa découverte de la musique de Pierre-Octave Ferroud, né en 1900, mort en 1936, compositeur qu’admirait Poulenc. Poulenc, dont il interprète la sonate pour violon et piano. Il nous parle de certains de ses précédents enregistrements, consacrés à des oeuvres françaises pour violon et piano, toujours aux côtés de Judith Ingolfson. Sans oublier Glinka, dont il vient d’enregistrer des oeuvres rares pour piano…et Lazar Berman, dont il fut l’élève durant 7 années.

 

 

Avocat, chargé de la programmation des concerts de musique classique pour le Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme, réalise des interviews depuis une dizaine d'années pour différentes radios. A une passion (avouable) pour Audrey Hepburn, Jacques Becker, Ernst Lubitsch, Billy Wilder, et (inavouable) pour Jerry Lewis. Quatre films au pinacle de sa cinéphilie: "Ariane" (avec Audrey Hepburn), "Edouard et Caroline" (de Jacques Becker), "Vertigo" (Hitchcock) et "Le Pigeon" de Mario Monicelli.

Derniers articles de Portée de voix

%d blogueurs aiment cette page :