Antoine Tamestit © Eric Larrayadieu
Antoine Tamestit © Eric Larrayadieu

Une création contemporaine qui devient un classique… entretien avec Antoine Tamestit

1 minute de lecture

Nous avons rencontré l’altiste Antoine Tamestit à l’occasion des concerts qu’il donnera avec l’orchestre de Paris les 21 et 22 février prochains à la Philharmonie de Paris.

 

 

Antoine Tamestit interprétera le concerto pour alto de Jorg Widmann, aux côtés de l’orchestre de Paris placé sous la direction de Daniel Harding. Il avait déjà donné cette oeuvre à leurs côtés  en 2015 et il est rarissime qu’une création contemporaine avec orchestre soit interprétée à nouveau à trois ans d’intervalle par les mêmes musiciens. Ces concerts seront d’ailleurs le prélude à une tournée européenne, le concerto de Widmann étant programmée avec la 9ème symphonie de Gustav Mahler. Antoine Tamestit revient sur les circonstances de la composition de ce concerto, rapidement devenu une oeuvre phare du répertoire. Un cd de cette oeuvre parait, Antoine Tamestit l’interprétant aux côtés du Symohonieorchester des Bayerischen Rundfunks, placé sous la direction de Daniel Hardint. Antoine Tamestit n’oublie pas pour autant sa passion pour la musique de chambre, et l’évocation de son précédent cd, enregistré avec Cédric Tibeghien, consacré notamment à Henri Vieuxtemps,

Avocat, chargé de la programmation des concerts de musique classique pour le Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme, réalise des interviews depuis une dizaine d'années pour différentes radios. A une passion (avouable) pour Audrey Hepburn, Jacques Becker, Ernst Lubitsch, Billy Wilder, et (inavouable) pour Jerry Lewis. Quatre films au pinacle de sa cinéphilie: "Ariane" (avec Audrey Hepburn), "Edouard et Caroline" (de Jacques Becker), "Vertigo" (Hitchcock) et "Le Pigeon" de Mario Monicelli.

Derniers articles de Portée de voix

%d blogueurs aiment cette page :