René Jacobs
René Jacobs © Bertrand Pichène

Passeur d’un précieux héritage, entretien avec René Jacobs

1 minute de lecture

Nous avons rencontré le contre-ténor, chef d’orchestre, René Jacobs pour évoquer le concert qu’il dirigera le 21 septembre prochain dans le cadre du festival d’Ambronay.

René Jacobs, à la tête du B’Rock Orchestra, proposera un programme autour des deux dernières symphonies de Mozart, des extraits de la Flûte enchantée, et des Noces de Figaro. Sunhae Im, soprano et Johannes Weisser, baryton, compléteront cette distribution, le concert étant donné dans l’Abbatiale d’Ambronay et s’inscrivant dans les festivités du 40ème anniversaire du Festival. René Jacobs évoque la manière dont il a conçu ce programme, trouvant des résonances entre certains thèmes des symphonies et des opéras. Il rappelle que rapprocher des pièces aussi variées était monnaie courante du temps de Mozart. Il nous parle également de sa collaboration avec l’orchestre B’ROCK, et avec Romeo Castellucci pour l’opéra de Scarlatti, « Il primo Omicidio », donné à l’Opéra Garnier lors de la saison dernière, et qui sera à nouveau donné à Berlin. Enfin, il évoque l’héritage recueilli des mains d’interprètes de la stature de Gustav Leohnardt et des frères Kuijken.

 

 

 

Avocat, chargé de la programmation des concerts de musique classique pour le Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme, réalise des interviews depuis une dizaine d'années pour différentes radios. A une passion (avouable) pour Audrey Hepburn, Jacques Becker, Ernst Lubitsch, Billy Wilder, et (inavouable) pour Jerry Lewis. Quatre films au pinacle de sa cinéphilie: "Ariane" (avec Audrey Hepburn), "Edouard et Caroline" (de Jacques Becker), "Vertigo" (Hitchcock) et "Le Pigeon" de Mario Monicelli.

Derniers articles de Portée de voix

%d blogueurs aiment cette page :