Roberto Forès Veses
Roberto Forès Veses © Jean-Baptiste Millot

La beauté et l’âpreté de Sibelius, entretien avec Roberto Forés Veses

1 minute de lecture

Entretien avec le chef d’orchestre Roberto Forés Veses à l’occasion de la parution d’un enregistrement consacré à des oeuvres pour cordes de Tchaikovsky et Sibelius

 

 

Roberto Forés Veses évoque son travail avec l’orchestre d’Auvergne, un orchestre à cordes dont il est le chef principal et le directeur artistique depuis 2012. Il parle de leur travail commun sur la sonorité des cordes, du répertoire de cette formation de 21 musiciens auxquels s’adjoignent parfois certains des plus brillants instrumentistes à vent ou bois des orchestres français.
Il évoque la sérénade de Tchaïkovsky, ici enregistrée, la création contemporaine et la musique baroque, puis il nous confie sa passion pour Sibelius, dont le CD propose une version pour orchestre à cordes du quatuor Voix intimes.
Le chef d’orchestre nous parle des prochains engagements de l’orchestre d’Auvergne, dont une tournée au Japon, et de son propre itinéraire de chef d’orchestre, parti de Valence pour arriver en Auvergne en passant par… la Finlande, où il a reçu l’enseignement de Leif Segerstam.

 

Avocat, chargé de la programmation des concerts de musique classique pour le Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme, réalise des interviews depuis une dizaine d'années pour différentes radios. A une passion (avouable) pour Audrey Hepburn, Jacques Becker, Ernst Lubitsch, Billy Wilder, et (inavouable) pour Jerry Lewis. Quatre films au pinacle de sa cinéphilie: "Ariane" (avec Audrey Hepburn), "Edouard et Caroline" (de Jacques Becker), "Vertigo" (Hitchcock) et "Le Pigeon" de Mario Monicelli.

Derniers articles de Portée de voix

%d blogueurs aiment cette page :