Wilhem Latchoumia
Wilhem Latchoumia © William Beaucardet

Contes de fées pour un russe et un américain, entretien avec Wilhem Latchoumia

1 minute de lecture

Nous avons rencontré le pianiste Wilhem Latchoumia à l’occasion de la parution d’un cd consacré à Serge Prokofiev et Henry Cowell.

Wilhem Latchoumia nous parle du programme de ce disque où le Cendrillon de Prokofiev côtoie quatre oeuvres du singulier compositeur américain qu’était Henry Dixon Cowell, théoricien de la musique, (1897-1965) qui inspira de nombreux musiciens dont John Cage. Ses oeuvres emploient des clusters, un contrepoint dissonant, des harmonies polytonales et des rythmiques complexes. Elles se mêlent particulièrement au ballet de Prokofiev, dont Wilhem Latchoumia livre une version poétique, loin de l’idée d’un Prokofiev motoriste et percussif. (cd paru pour le label La Dolce Volta).

 

 

Avocat, chargé de la programmation des concerts de musique classique pour le Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme, réalise des interviews depuis une dizaine d'années pour différentes radios. A une passion (avouable) pour Audrey Hepburn, Jacques Becker, Ernst Lubitsch, Billy Wilder, et (inavouable) pour Jerry Lewis. Quatre films au pinacle de sa cinéphilie: "Ariane" (avec Audrey Hepburn), "Edouard et Caroline" (de Jacques Becker), "Vertigo" (Hitchcock) et "Le Pigeon" de Mario Monicelli.

Derniers articles de Portée de voix

%d blogueurs aiment cette page :