Alexandre Kantorow © Jean Baptiste Millot
Alexandre Kantorow © Jean Baptiste Millot

Autour de la rhapsodie, de Brahms à Bartok, en passant par Liszt, interview avec Alexandre Kantorow

1 minute de lecture

Nous avons rencontré le pianiste Alexandre Kantorow, quelques jours avant le récital qu’il donnera à la Fondation Vuitton.

 

Le 19 juin prochain, Alexandre Kantorow interprétera à la Fondation Vuitton, un programme qu’il a conçu autour de la deuxième sonate de Brahms, avec la Première rhapsodie opus 79 de ce dernier, la Rhapsodie opus 1 de Bartok, dans sa version pour piano seul, et la 11ème rhapsodie de Franz Liszt.  Ce programme sera à nouveau donné le 31 juillet prochain à la Roque d’Anthéron. Alexandre Kantorow évoque les liens thématiques entre la sonate de Brahms et la rhapsodie de Bartok, la façon dont il compose ses programmes de concert, son dernier disque paru (label Bis) consacré à des oeuvres de Rachmaninov – la rare première sonate – Tchaïkovski et Stravinsky. De ce dernier, il interprète la suite de l’Oiseau de Feu, adaptée par Guido Agosti pour piano seul, une oeuvre qu’il admire particulièrement. Alexandre Kantorow nous parle également de son goût pour les oeuvres de jeunesse des compositeurs qu’il affectionne.

 

 

Avocat, chargé de la programmation des concerts de musique classique pour le Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme, réalise des interviews depuis une dizaine d'années pour différentes radios. A une passion (avouable) pour Audrey Hepburn, Jacques Becker, Ernst Lubitsch, Billy Wilder, et (inavouable) pour Jerry Lewis. Quatre films au pinacle de sa cinéphilie: "Ariane" (avec Audrey Hepburn), "Edouard et Caroline" (de Jacques Becker), "Vertigo" (Hitchcock) et "Le Pigeon" de Mario Monicelli.

Derniers articles de Portée de voix

%d blogueurs aiment cette page :