Thomas Ospital © Mirko Cvjetko
Thomas Ospital © Mirko Cvjetko

Quand le génie de Liszt se révèle aussi à l’orgue, interview avec Thomas Ospital

1 minute de lecture

Nous avons rencontré l’organiste Thomas Ospital à l’occasion de la parution d’un cd consacré à Franz Liszt.

 

Thomas Ospital nous dit en quoi le langage Lisztien, à l’orgue, est si différent de celui des compositeurs qui l’ont précédé, ou de celui de ses contemporains, tels Mendelssohn ou Schumann. Il revient sur la construction du programme de ce CD, « Franz Liszt, une divine tragédie » (Label Hortus), et en particulier sur l’immense chef d’oeuvre qu’est la Fantaisie et Fugue sur le choral « Ad nos ad salutarem undam » et la transcription par Louis Robillard du poème symphonique Orphée. Il nous parle des conditions d’enregistrement de ce disque, en l’église Saint Eustache, dont il est co-titulaire du grand-orgue. Thomas Ospital parle du travail d’accompagnateur de films muets, à propos de la projection, le 20 décembre prochain, du Meccano de la Générale, de Buster Keaton, à l’auditorium de Radio France.  Sans oublier sa contribution à la musique du film Django, consacré à Django Reinhardt, et l’émerveillement renouvelé de jouer sans cesse sur des instruments différents.

Avocat, chargé de la programmation des concerts de musique classique pour le Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme, réalise des interviews depuis une dizaine d'années pour différentes radios. A une passion (avouable) pour Audrey Hepburn, Jacques Becker, Ernst Lubitsch, Billy Wilder, et (inavouable) pour Jerry Lewis. Quatre films au pinacle de sa cinéphilie: "Ariane" (avec Audrey Hepburn), "Edouard et Caroline" (de Jacques Becker), "Vertigo" (Hitchcock) et "Le Pigeon" de Mario Monicelli.

Derniers articles de Portée de voix